Le Monde de Bulle

07 avril 2008

C'est beau ? C'est neuf !

Vous l'aurez remarquez, il y a de la nouveauté sous le ciel du Monde de Bulle : une bannière. Elle vaut ce qu'elle vaut, mais elle est 100% artisanale ! Les images qui la composent ne sont pas choisies au hasard

banni_re

  • l'intérieur cosy : c'est pour l'ambiance du blog, un petit nid douillet propices à la réflexion, aux confidences, au lâcher-prise.
  • le dossier confidentiel, et la jeune femme  : je crois que c'est limpide. Parce que nous avons tous des secrets, partageons-les.
     
  • l'arbre au milieu de nulle part : pour la sensation de sérénité qui s'en dégage.

  • le café : une boisson chaude qui véhicule l'idée de rendez-vous, de complicité. Et puis c'est dynamisant un bon café !
     
  • le citron : comme la vie,c'est piquant. Comme mon regard parfois sur les choses, c'est acide.  

Je remarque après coup, avec amusement, que ma dualité s'exprime jusque dans le choix de ces photos par exemple entre l'amer (le café)/l'acide (le citron).

De la nouveauté avec A. également. Le weekend dernier j'ai commis quelques maladresses ; un petit mensonge (pour le protéger) ainsi qu'une attitude peu respectueuse. J'ai pris conscience plus tard que je n'étais pas tout à fait infaillible, que je pouvais le blesser parfois, sans même m'en rendre compte et qu'il était plutôt indulgent.
Alors, hier au petit matin j'ai fais un pas vers lui, en me dévoilant un peu. Je ne regrette pas d'avoir baisser ma garde. Je me disais jusque là que partager avec lui mes sentiments serait pour le coup une trahison envers mon Officiel.
Mais après réflexion, j'en arrive à la conclusion suivante : ne pas nommer les choses ne les rend pas moins réelles.

Posté par _Cassiopee_ à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 mars 2008

La communication

222488SDC_1_Si je devais dresser le bilan des semaines écoulées, je dirais qu'il est plutôt positif. Malgré un début cahotique, le mois de Mars a été celui de la "com-mu-ni-ca-tion". Nous avons fais quelques sorties, au cinéma, au restaurant, seuls ou avec ses amis. Par un concours de circonstances, nos échanges sont souvent restés platoniques, ce contexte a laissé plus de place au dialogue. Tous les sujets y sont passés, de la politique à la musique en passant par nos désirs et nos souvenirs. C'est tellement libérateur.

NB : Je choisis déliberemment de ne rien évoquer à propos de ma vie "côté pile", l'officielle, avec mon grand Amour. Si ce n'est que c'est toujours le bonheur parfait

Posté par _Cassiopee_ à 22:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2008

L'abus de modération nuit gravement à la consommation

Rdv pour un verre dans la soirée.

Ca commence pas terrible terrible, l'heure du rendez vous me semble trop tardive (21h) rapport au fait que je suis prête depuis environ 5heures de l'après midi, oui je m'ennuyais ferme alors j'ai jugé bon de prendre un peu d'avance, bien mal m'en a pris !
De plus il me fait savoir qu'il pense partir de bonne heure. Une fois n'est pas coutume, je ronchonne intérieurement en me disant "bien aimable mon seigneur de m'accorder un petit créneau".
Hé ho ! Habituellement c'est moi qui suit over bookée et indisponible, le vent tourne ?

bxp249966_1_Le Bilan : Un bon moment, il a exprimé ses regrets sans trop s'attarder sur "l'incident", et s'est excusé aussi de ne pas avoir répondu à un de mes textos hier soir, dans lequel je lui soumettais quelques inquiétudes. D'une manière globale, il a été charmant, flatteur et attentionné. Il m'a laissé entrevoir un peu plus de ses sentiments, rien que je ne sache déjà, mais c'est toujours réconfortant de sentir que je compte pour lui, au moins un peu. 
Le petit plus, c'est le message qu'il a envoyé après son départ. Je vais me coucher le coeur léger.

Ps : La petite voix qui me soufflait quelques questions un tantinet dérangeantes, à savoir : "Est ce que finalement ce qui te plaît dans cette relation, ça ne serait pas avant tout l'image qu'il te renvoi de toi ?" "Est ce que ce qui t'inquiète ce n'est pas tant ce qu'il pense de toi mais plutôt est ce qu'il pense à toi tout court ?" (oui c'est subtil comme nuance je sais) et bien elle est toujours là mais pour ce soir ce n'est plus qu'un vague murmure.

Posté par _Cassiopee_ à 00:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2008

Des hauts. Des bas

man_ge_russeHier, nous avons eu notre premier accrochage avec mon "ami-amant" que je nommerai A. pour plus de commodités.
En fait j'ai une mémoire très sélective, et la faculté de balayer au fur et à mesure les souvenirs un peu désagréables, tels que les disputes. De fait, je ne peux pas jurer que c'était effectivement la première fois, mais c'est la seule dont je me souvienne jusqu'ici. Peu importe.

J'ai été confronté à un aspect de sa personnalité que je soupçonnais vaguement, ou plutôt que je redoutais. Quand celui-ci a surgit, j'ai été interieurement déçue, et fachée, car A. s'en était toujours défendu. Pourtant face à lui, j'ai été très mesurée, dans mes actes comme dans mes paroles. Visiblement bouleversé en réalisant ce qui venait de se produire il a pleuré, j'étais émue et j'ai surtout cherché à le réconforter, j'étais mal à l'aise de le voir si malheureux.

Il m'a fait savoir qu'il était lui même déçu de son comportement, je l'ai trouvé sincère, et j'ai accepté ses excuses. Plus tard, dans la soirée, j'ai repensé à cet épisode et j'ai compris qu'entre nous les relations étaient faussées. Sans entrer dans les détails, j'étais choquée par un comportement que, de toute évidence, il n'aurait jamais eu si nous étions un couple officiel. Ca m'a aidé à l'accepter, et à lui pardonner un peu .

Aujourd'hui, j'attends de ses nouvelles, et je suis partagée :
- Sereine d'une part, car finalement je trouve que j'ai plutôt bien geré le conflit de mon côté, pas d'éclats de voix et une issue positive puisque chacun en apprend sur l'autre -et sur lui-même j'imagine ?- cela me semble constructif. 
- Peut-être un poil impatiente de savoir comment il se sent. Et si je veux être tout à fait honnête avec moi-même, je crois que je suis déçue pour l'instant de ne pas recevoir de sms un peu torturés comme les deux d'hier, tellement touchants, dans lesquels il disait avoir peur de me perdre.

Edit de 20h : J'ai reçu un message de sa part, assez décontracté, il me raconte vaguement sa journée, ses projets pour la soirée, et prend des nouvelles. Sans plus. Son sms me laisse un goût d'inachevé, il est trop impersonnel, moins attentionné qu'à l'habitude. Je me fais peut-être des idées, mais j'ai l'impression qu'il est distant.
C'est tout mon problème avec A., je trouve notre relation volcanique, plus exactement, c'est ainsi que je la ressens. En effet si je devais répresenter par un graphique mes états d'âme à son égard,  il ressemblerait à un intérminable manège de montagnes russes ! Je passe par toutes les phases assez régulièrement.
Alors qu'en réalité, entre nous, c'est une histoire qui suit son chemin, clopin-clopant.

Lors de nos rencontres, il n'y a rien de compliqué, nous passons de bons moments ensemble. Là où ça se gâte pour moi, c'est quand on ne se voit pas finalement. Il n'est pas très expressif, où en tout cas jamais assez mon goût. Et je me retrouve souvent en attente de quelque chose, qui ne vient pas toujours, comme ce soir. Si je bouillonne de temps en temps intérieurement, en attendant de ses nouvelles, une attention de sa part, il n'en sait jamais rien.

Posté par _Cassiopee_ à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Genèse

ne_pas_oublier

J'ai une vie tout à fait épanouissante, tellement riche que j'ai parfois l'impression de mener une double vie. C'est ce sentiment qui est à l'origine de mon journal intime. Désormais je ressens le besoin de consigner ce qu'il m'arrive, afin de ne rien laisser échapper. En organisant mes réflexions j'espère avancer de manière plus constructive.

Tout à commencé il y a environ 3 ans, en l'écrivant je me rends compte que le temps a bien vite passé finalement, j'imaginais qu'à peine deux années s'étaient écoulées... Bref, cela fait donc 3 ans que je mène une vie côté pile, et une autre côté face. La première est un long fleuve tranquille aux cotés d'un conjoint tout simplement parfait. La seconde est un peu plus tumultueuse auprès d'un "ami-amant" que je vois occasionnellement.

Une simple tromperie ? Une femme malheureuse dans son couple, qui va chercher auprès d'un autre ce que son mari ne lui apporte plus ?
Ce n'est pas du tout ce que je ressens quand j'essaie d'analyser cette relation adultérine. Mon couple (officiel) est solide, je me sens véritablement comblée, dès que je pense à mon ami, je suis transportée de bonheur. Je ne pouvais pas rêver mieux.
Alors pourquoi aller voir ailleurs ? Je réalise petit à petit que le manque est intérieur, que le problème ne vient pas de mon couple mais de moi-même. Atteinte de boulimie affective. En amitié comme en amour, le schéma est toujours le même, je cherche à séduire : physiquement, intellectuellement, et si la personne en face montre une petite faiblesse (manque de confiance en soi, détresse affective, doutes etc..) j'en profite pour mettre en avant mes qualités d'écoute, et à la longue je m'arrange pour me rendre indispensable.

Évidemment, dans mon rapport aux autres, rien de tout cela n'est calculé. Je ne le fais pas sciemment. C'est en faisant un travail d'introspection ces derniers jours mois, que j'ai pu comprendre cela et l'admettre.

Posté par _Cassiopee_ à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]